Article la voix du Nord du 28/01/2012

Jason, petit garçon autiste, forme un duo inséparable avec Dusty, son chien d’éveil

Il aura suffi d’un regard pour que la magie opère entre ces deux-là. Un regard pour que Jason, sept ans, adopte Dusty, un golden retriever de trois ans. Une relation durable, unique, touchante, qui a débuté en novembre. Pour Audrey, maman du petit garçon, l’arrivée du chien dans la maisonnée seclinoise, mercredi, résonne comme une promesse. Elle compte sur Dusty, chien d’assistance, pour aider son fils à devenir un grand gaillard autonome et épanoui, faisant fi des préjugés sur l’autisme.

 

 Dusty est chien d'assistance. Grâce à lui, Audrey espère que son fils autiste s'épanouira davantage.

PAR MARIE DELATTRE

seclin@lavoixdunord.fr

Leur rencontre a été une évidence. « Lorsque Dusty est entré dans la pièce, il est immédiatement allé se coucher près de Jason.

» Les débuts d’une relation fusionnelle entre le chien d’assistance et le petit garçon autiste. L’espoir, pour Audrey et Alexandre, ses parents, d’une plus grande autonomie, pour leur fils de sept ans.

« Nous habitions dans les Ardennes, quand le diagnostic est tombé. Ça a été le noir total. » Le choc. Jason est atteint d’un trouble envahissant du développement non spécifique. « Jusqu’à deux ans, rien d’anormal. » Le bambin est même du genre précoce. « Il a marché à neuf mois, a été propre et a parlé vers 14 mois », précise Audrey. Du jour au lendemain, pourtant, Jason se mure dans le silence. « On nous a dit qu’il avait un développement cognitif normal, mais un trouble sévère associé au langage.

On ne sait pas si c’est de la dysphasie ou de la dyslexie, il faut encore poser un diagnostic. » Audrey passe des heures à se documenter, se forme à la pratique ABA, stoppe sa carrière d’enseignante pour s’occuper de Jason (déscolarisé temporairement), explore les méandres de l’Internet, à la recherche d’infos qui pourraient améliorer le quotidien de son fils. Et atterrit sur un site canadien, spécialisé dans les chiens d’assistance pour les enfants atteints d’un trouble du développement. Le déclic. « Je me suis dit qu’il nous en fallait absolument un ! » Peut-être la solution pour que le garçon accepte de parler à nouveau.

« Les chiens d’éveil pour jeunes autistes, c’est peu connu », martèle Audrey. Dommage, car depuis l’arrivée de Dusty, formé par l’association Handi’chiens, Jason semble apaisé. « Mercredi, il nous a pris dans les bras, et nous a dit : « Je t’aime »,lâche-t-elle, émue. Il y a un an, il ne disait plus rien. » Florian, éducateur canin de l’association, basée à Alençon, est venu deux jours à Seclin, assurer une passation tout en douceur. « Une quinzaine de commandes sont utiles au quotidien, mais Dusty peut en effectuer cinquante. » Aller poser sa tête sur les genoux de Jason pour le rassurer, allumer la lumière, apporter sa gamelle… L’animal connaît même quelques ordres en langage des signes. « Jeudi matin, il est allé chercher mon fils au pied de l’escalier. Ce chien peut vraiment lui apporter un plus pour le futur », se réjouit Audrey.

Grâce à l’association qu’elle a créée avec une amie,Ensemble pour Aurélien et Jason 59, la jeune femme entend faire connaître les chiens d’assistance et nourrit l’espoir que le regard sur l’autisme change. « Comme le trouble de Jason n’est pas visible, les gens pensent qu’il est mal élevé.

Certaines remarques sont terribles. J’espère que grâce à Dusty, il sera mieux accepté. » •

Renseignements : Tél : 06 65 13 59 77.

Evénements à venir…

  • Pas d’évènements

Derniers commentaires